Image non disponible
Image non disponible
Image non disponible
Slider
Être toxicomane ? De la Nécessité de théoriser les addictions

Être toxicomane ? De la Nécessité de théoriser les addictions

PRÉSENTATION

La collection des Cahiers de l’ALI, qui trouve ici une nouvelle forme éditoriale, retrace les thèmes et les contenus des Journées de travail de l’Association Lacanienne Internationale, à Paris, dans les différentes villes et régions, et dans les divers pays dans lesquels ces journées ont eu lieu. Ces Cahiers permettent ainsi à la fois de lire les Actes des journées, d’appréhender une cartographie des écoles de travail de la psychanalyse, et de se rappeler les différents faits marquants au long de l’histoire de l’association

Travail, association et écoles sont des signifiants qui portent et importent.

Le « transfert de travail » a été évoqué par Lacan dans la proposition de 1967, dans un rapport à la transmission. Celle-ci, selon lui, s’effectue par le travail de chaque un, fut-il à mettre à l’épreuve avec d’autres.

Ecoutons Charles Melman pour les deux autres termes, lorsqu’il distingue Société, association et école.

                                                                                                                                                               Jean-Louis Chassaing

« Une association suppose l’égalité des membres, des partenaires. Et si nous-mêmes nous nous sommes retrouvés dans une association, le choix des termes n’est pas quelconque. Je vous évoquai tout à l’heure les incidences du signifiant sur le réel. (...) chacun a là à porter – même si ce n’est pas le cas – sa part du travail : on attend de lui qu’il y contribue comme tout le monde ; on est associés. »

« Une école de psychanalystes suppose un référent commun, et qui, pour les psychanalystes, ne se résume pas en un savoir, mais bien plutôt, dans le savoir je ne dis pas du réel (ça prêterait à un malentendu), je dirai le savoir concernant le réel qui est lui-même le lieu du savoir »

Charles Melman, « Problèmes posés à la psychanalyse », ch. 8 Le réel n’est pas un concept mais un lieu, 10 février 1994, érès, 2009

Être toxicomane ?
De la nécessité de théoriser les addictions 

Les toxicomanies sont un défi pour les psychanalystes. Freud ne disait-il pas à Ferenczi à propos de deux cas de cocaïnomanie « [La psychanalyse] est du reste peu appropriée au traitement des intoxications, car tout mouvement de résistance se termine en rechute » (Lettre du 1er juin 1916).La question de l’objet se pose, et si ostensiblement que l’on pourrait confondre la drogue et l’objet pour le psychanalyste. La drogue est objet réel, imaginaire et symbolique. Elle concerne tout aussi bien le social, l’anthropologie, le politique que les neuromédiateurs ou la cellule neuronale elle-même. Pour Patrick Petit, ces journées ayant eu lieu pour une part autourde son livre, c’est l’Effet qui est le réel de « la » drogue.Les psychanalystes ont ainsi répondu à l’enjeu de théoriser ces pratiques difficiles et contemporaines. Ne sont elles pas la modélisation d’un certain contemporain ?

Détails Éditions ALI ISBN : 978-2-87612-106-5 Prix : 23 €

Événements à venir

Aucun événement
Août 2020
L Ma Me J V S D
1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
31
© 2019 - Association Lacanienne Internationale Auvergne. Tous droits réservés. Designed by Deryamedia Sainte Catherine. Le site et chacun des éléments, y compris mais sans limitation, les marques, les logos, icônes, infographies, photographies, qui le composent sont protégés au titre de la législation internationale de la propriété intellectuelle. Les contenus figurant sur le site sont la propriété de l'Association Lacanienne Internationale Auvergne. Toute utilisation, reproduction ou représentation, par quelque procédé que ce soit, et sur quelque support que ce soit, de tout ou partie du site et/ou des éléments qui le composent n'est pas autorisée sans le consentement expresse de l'Association Lacanienne Internationale Auvergne.